mercredi 18 mai 2011

Tournage artisanal des pièces d’échecs en bois

Démarrons notre rubrique « Secrets de fabrication » par un post dédié au tournage artisanal des pièces d’échecs en bois

Le tournage est un métier d’artisanat qui requiert un savoir-faire unique faisant appel à l’habileté manuelle autant qu’à l’imagination.

Coup d’œil sur l’histoire du tournage

Il s’agit d’une technique ancestrale dont on retrouve la première trace chez les Égyptiens en 1350 avant JC. Également utilisée dans d'autres civilisations du bassin méditerranéen (en particulier chez les Étrusques), la technique du tournage se développe rapidement durant le Moyen Age en Europe continentale.


Avec le développement des villes, la demande s'amplifie et le métier de tourneur s'organise. Les premières corporations apparaissent. Le métier de tourneur s'émancipe au XVe siècle et le tournage acquiert ses lettres de noblesse et sa place au sein des métiers d'art pendant la Renaissance française. Vers 1830, la tournerie est une des premières activités à se mécaniser pour produire en série pieds de chaise, écuelles, chandeliers.

Techniques de tournage

Les tours anciens étaient actionnés par une force manuelle qui combinait différentes techniques : arc, manivelle, contrepoids, pédale, etc.

Voici une photo de l’un des derniers artisans marocains à utiliser un tour à arc pour la fabrication des pièces d’échecs :


L'artisan fait tourner la pièce de bois grâce à l’arc qu’il tient dans sa main droite. Il déplace et sculpte la pièce avec sa main gauche et son pied droit au moyen d’un ciseau. Sa dextérité est telle que le tournage d’une pièce d’échec ne lui prend que 5 à 6 minutes avec une précision de l'ordre du dixième de millimètre. On ne peut qu’être fasciné devant cette coordination de mouvement et ce savoir faire que très peu d’artisans maîtrisent encore aujourd’hui. 

Désormais les tours sont équipés de moteurs électriques, parfois même d'accessoires électroniques. Le principe reste cependant le même et le geste est toujours présent. 

Une pièce de bois est fixée sur le tour et tourne à une vitesse entre 300 à 3000 tours/min. La technique consiste à couper ou racler le bois pour lui donner la forme souhaitée à l'aide d'outils tenus à la main : gouges, bédanes, racloirs... Le tournage est divisé en 3 phases : l’aiguisage, le tournage, et la finition.


Voici deux extraits vidéo montrant comment sont fabriquées les pièces d’échecs en bois grâce à ce type de tournage :


 




Comme le souligne Mathias Lanfranconi, jeune ébéniste suisse :
« Les personnes qui ne connaissent pas le tournage ont du mal à réaliser le rapport entre la belle pièce et le tour qui lui a donné le jour. »

En espérant que cet article vous aura permis d'apprécier la beauté de ce geste...

Cette rubrique est à suivre : d'autres "secrets de fabrication" en rapport aux jeux à lire bientôt sur notre blog !


Sources :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire